Me-262A-1a "8 jaune" JG7

Lors de leur avancée en Allemagne, les alliés capturèrent un grand nombre d'avions de la Luftwaffe dont  plusieurs Me-262 encore intact. C'elui que j'ai choisi de représenté est le "8 jaune" du JG 7 capturé sur le terrain de Stendal-Borsal le 15  avril 1945 par les soldats de la V° Division Blindée US.

Le Schwalbe "hirondelle" est un avion qui m'a toujours passionné. Cet avion de légende confirma pour les alliés l'avance technologique des allemands dans le domaine aéronautique. Piloté par les plus grands as de la Luftwaffe, malgré des succès impressionnants, il entra en service trop tardivement pour changer le cours de la guerre aérienne. Il fut malgré tout décliné en de nombreuses versions dont les plus célèbres sont:

-Me-262A-1a: version de chasse la plus construite

-Me-262A-2a: version de bombardement

-Me-262A-10/U3: version de reconnaisance

-Me-262A-1/U4: version intercepteur équipée d'un canon 50mm

-Me-262B-1a/U1: version bi-place de chasse de nuit

Côté maquette nous disposons d'une formidable base avec le kit Revell sorti il y a déjà une dizaine d'années. A l'époque j'en avais acheté 8 boites pour "plus tard" et ce fut un bon investissement car aujourd'hui, si la maquette est encore bien disponible son prix a été multiplié par 5 au moins! Rappelons que Revell avait décliné également le kit de base en versions reco et chasse de nuit biplace:aujourd'hui ses boites sont beaucoup plus difficiles a se procurer. Pour mémoire il existe aussi le vieux kit HASEGAWA,le nouveau kit ACADEMY (qui n'est pas supérieur au kit Revell) et surtout des kits MPM qui permettent de réaliser des versions plus confidentielles du 262 comme le V9 ou le Mistel.

Mon idée étant de pouvoir réaliser plusieurs versions à partir du même kit de base Revell. Le moment est venu de concrétiser mon projet. Entre temps j'ai pu réunir un maximum de documentation sur le 262, la source la plus complète sur le sujet étant les 4 volumes des auteurs J.Richard Smith etEddie J.Creek dont suis l'heureux propriétaire! Citons également la monographie Aérodétail n°9 avec des plans détaillés.

Côté accéssoires il existe aujourtd'hui pas mal de références que ce soit des kit résine ou des planches de photodécoupes.Mon idée étant de réaliser mes propres kits en résine dont certaines pièces communes pourront servir sur plusieurs versions.

Maintenant il est temps d'ouvrir la boîte et de procéder un examen attentif des grappes.

Les points positifs du kit apparaissent immédiatement: Très belle gravure, formes et dimensions correctes, découpe du fuselage prévoyant de réaliser la version bi-place. En regardant de plus près on découvre un cockpit assez bien détaillé avec une mention particulière pour le tableau de bord. Les jambes de train sont correctes mais les roues totalement fausses. La verrière en injectée est trop épaisse.Côté voilures toutes les parties mobiles sont solidaires alors que dans la configuration de l'avion au sol tous les volets et autres becs de bord d'attaque sont abaissés.Enfin le logement du train principal est closonné ce qui est une erreur.

 

MONTAGE:

Mon premier travail sera de séparer toutes les parties mobiles: c'est une opération chirurgicale très délicates notament pour les becs de bord d'attaque très fins.

Toutes ces pièces agrémentés de détails en scrach constituent les masters servant a dupliquer les pièces en résine gagnant ainsi un temps précieux pour de futures réalisations.

Parties mobiles

Le cockpit est lui aussi refait en scratch en utilisant comme base certaines pièces du kit Revell. Sur la face arrière du tableau de bord sont rajoutés en étirés les boitiers cylindriques des compteurs ainsi que leur cablage électrique. Là encore ces pièces sont dupliquées en résine.

Cockpit monobloc

Dernière partie présentant un grand intérêt: les moteurs Jumo 004. Ceux du kit Revell représentés dans leur fuseau doivent être amélioré au niveau du cône d'entrée d'air ainsi que de la tuyère de sortie des gaz. Ces 2 élèments sont refait et a nouveau dupliqués en résine. Décidant d'aller plus loin j'ai réaliser un Jumo 004 nu sans son fuseau de nacelle ainsi qu'un fuseau nacelle droit partiellement décapoté laissant apparaitre une partie du réacteur. A nouveau les tirages en résine.

Jumo004

A l'arrière droit du fuselage une trappe donne accès au compartiment radio et aux 6 bonbonnes d'oxygène.Refait en scratch ce compartiment est dupliqué en résine

Compartiment radio et oxygène avec trappes

 

Pour les roues il en existe en fait 3 types selon leur structure (lisse,striée ou en diamant)

 

Jeux de roues 3 types

 

Voilà donc terminé la réalisation des pièces communes aux différentes versions de Me-262. Ce travail m'a demandé plusieurs semaines mais les moules pour les pièces en résine ainsi produites me feront ultérieurement gagner un temps précieux et feront peut-être le bonheur d'autres maquettistes! Kits disponibles voir page kits résine

Commencons par le train d'atterissage. Le logement principal du train est plutôt du genre compliqué sur le Me-262, en effet il n'est pas cloisonné mais laisse entrevoir le dessous de la baignoire du cockpit ainsi que les faces internes du fuselage! Ici la documentation est indispensable et l'utilisation du plasticarte reste la seule solution.

   

 

Pour ce qui est des jambes de trains le travail est plus simple: les durits(fil de cuivre) cerclées de colliers (feuille de plomb) sont ajoutées et les compas d'amortisseurs remplacer par de la photodécoupe. Les trappes sont refaites en résine.

 

Avant de refermer les demis-fuselage je découpe la trappe d'accès au compartiment radio  et colle après l'avoir peint l'insert en résine représenant la radio et les bonbonnes d'oxygène

  

 

Le cockpit en résine s'assemble très facilement grace à sa conception monobloc. La teinte standard est le gris RLM 66. La patine se fait avec un jus de TOB, les différents boutons, cables, manettes sont repiqués à l'acrylique rouge bleu et jaune. Les brelages sont beige, le coussin du siège pilote cuir. Un lèger drybrush blanc suffit a mettre en valeur le tableau de bord dont les cadrans reçoivent au final une goutte de vernis brillant.

Une fois la baignoire mise en place, les détails de la face interne (fond du puit de train d'atterrisage) sont réalisés en plasticard puis mis en peinture.

Le nez de l'appareil est tronconné. Afin d'être certain que l'appareil repose bien sur son train avant je noie des plombs de pêche dans de la colle époxy pour faire contre poids.

L'insert en résine répresentant les baies canons ouvertes est alors collé.

                    

Le travail sur le fuselage se termine par le remplacement de la dérive par une pièce en résine plus juste de forme.

 

Nous pouvons maintenant nous concentrer sur les plumes de la bête! Pour un meilleur ajustage au fuselage je commence par coller l'intrados.Puis une fois bien sec je met en place les extrados en soignant l'ajustage de manière a limiter les masticage des joints. Les fuseaux réacteurs peuvent alors être montés.

Les entrées et sorties réacteurs sont remplacées par des inserts en résine au formes plus justes que les pièces Revell (notez sur le cône d'entrée d'air la poignée de démarrage du moteur auxiliare)

      

 

Le réacteur gauche est quand a lui remplacer intégralement par une pièce en résine le réprésentant décapoté

 

 

Les fuseaux réacteurs sont mis en place,les joints sont comblés et poncés.

 

La partie interne des bord d'attaque et des volets est refaite en mactic Andréa.

Les volets et becs de bord d'attaque en résine sont collé a la cyano. Le parebrise de la verrière est refait en thermoformé.Les montant intérieurs sont peint en RLM66 (Humbrol 106). Le parebrise est collé à l'araldite transparente qui servira de joint de verrière. La partie arrière de la verrière ainsi que la partie basculante sont absentes comme le montre la doc.

 

PEINTURE:

Il est temps d'attaquer la phase de peinture.Après masquage du cockpit et des puits de train, l'avion est sous-couché en gris clair (Base Xtracolor). Je commence par peindre aux acryliques Prince August le réacteur et la baie d'armement. L'ensemble est drybrushé avec de la chair clair,puis estompé à l'aérographe avec de l'encre sépia.

    

Les éléments du train d'atterrisage, fragiles,sont peint séparement ton RLM66, colliers beiges, verins Boltgum Citadel, cables de freins marron rouge. Les jantes de roues sont RLM 70 les pneus gris (Humbrol 67)

Après masquage il est temps de passer au camouflage. Il est de type segmenté 3 tons fin de guerre, c'est-à-dire RLM 76 pour l'intrados et RLM 81 et 82 pour l'extrados. J'ai utilisé les peintures Xtracolor bien couvrantes et très résistantes. L'appareil est orné d'une bande "Défense du Reich"" bicolore bleue (Xtracolor Blue angel)et rouge (Humbrol 60) cernant la partie arrière du fuselage. Chaque bande a une largeur de 450mm (soit 6,25mm sur la maquette).

 

Pour les croix blanches du fuselage et de l'extrados je réalise des pochoirs avec du scotch Tamya en utilisant les decals comme modède.

Une fois les masques mis en place je passe d'abord un voile de gris (sous couche indispensable car le blanc est peu couvrant) puis une couche de blanc. Pour les swastikas et la balkenkreuz d'intrados je pioche dans boite à rabiot de decals. Pour le "8" jaune a nouveau le pochoir (Humbrol 124) .Pour l'insigne de la JG7 je refais ces décals a l'mprimante laser. Deux couches de klir passées a l'aérographe scellent définitivement les decals tout en préparant la phase suivante.

 

PATINE ET WEATHERING:

Une nouvelle fois retour à la doc photo pour constater que l'appareil semble très fatigué avec une patine assez prononcée. Il faut toutefois veillez a ne pas trop forcer pour respecter l'effet d'échelle. En observant attentivement la doc photo je me suis apercu que l'appareil présentait sur le fuseau du réacteur gauche des traces d'impacts dues très certainement à des éclats de bombe lors d'une attaque alliée de la base. Quelques coups de cutter viennent simulés ces impacts retouchés en noir avec un liseré gun metal pour simulé la tôle arrachée

Le weathering (ou vieilissement) se décompose en 4 phases: Micropeinture/Filtre/Jus/Estompe. Bien respecter le temps de séchage entre chacune des phases et surtout protéger a chaque fois par un couche de Klir à l'aérographe.

Le Me-262 est un appareil à structure métallique. Certaines zônes (surtout l'intrados) présentent une peinture écaillée (joint de panneau de visite, becs et bord d'attaque, montant de verrière...). Tous ces petits détails sont repiqués au pinceau fin avec du gris acrylique 867 de Prince August: c'est ce qu'on appelle communément la micropeinture.

 

Pour obtenir un filtre il faut teinté de l'essence F avec une très petite quantité de peinture à l'huile pour artiste. Le mélange est alors appliqué avec une brosse plate très souple sur tout ou partie du modèle. Moyennant un temps de séchage de 24H différents filtres peuvent être superposés le but étant d'apporter au camouflage de base des variations chromatiques (*). Pour le choix des filtres j'utilise la roues des couleurs, je recherche l'harmonique chromatique de la teinte de base :pour l'intrados bleu clair un filtre rose chair alors que pour l'extrados à dominante vert un rouge foncé est retenu.

 

Le jus lui est un mélange plus épais de peinture à l'huile pour artiste et d'essence F, la consistance recherchée est celle du lait. Ce jus est de couleur TOB . Appliqué au pinceau directement dans la gravure le jus est ensuite essuyé avec un chiffon propre toujours dans le sens du flux d'air (avant vers arrière). Travailler par petites surfaces. Laisser sécher l'ensemble 48H puis recouvrir d'un voile de vernis semi-mat Humbrol.

 

L'estompe consiste a vaporiser à l'aérographe de l'encre acrylique sépia sur les zône particulièrement sales (essentiellement les joints de toles). Là encore tout est dans la mesure et nécessite un certain tour de main!

 

Certain maquettistes utilisent des poudres de pastel pour rendre l'effet chromatique mais dans ce cas ne pas oublier qu'il faut utiliser des peintures mat qui seules permettent l'accrochage du pastel

FINITIONS:

Les derniers assemblages des sous-ensembles et autres petits détails (train, antennes,capot...) sont réalisés. Le vernis de finition utilisé est le vernis mat Prince August. Bien visible sur la photo la vitre blindée ( carré de rhodoide) est collée au parebrise avec du klir.

 

 

 

 

 

DIORAMA:

Basé sur les 3 photos que j'ai pu trouver sur cette scène, le diorama respecte comme j'ai l'habitude de le faire un certain nombre de régles de base. Pour plus de détail sur ces règles et éviter certaines erreurs, je renvois le lecteur à l'artcle suivant Réalisation d'un diorama

La base est en agglo, le sol en platre gravé à la pointe séche, les murs du hangar en carton plume avec une structure métallique en profilé Evergren. Tous les autres petits éléments sont réalisé en scratch ou récupérer dans la boite à rabiot. Les figurines sont de la marque CMK: elles sont peintes à l'huile.La disposition retenue se veut le plus proche possible de la doc photo, j'ai toutefois décidé de déposer les capots de la baie d'armement afin de ne pas casser la magnifique ligne du 262.